Valentina Tirloni et Jean-Jacques Wunenburger (dir.) : Esthétiques de l’espace Occident et Orient

Les recherches comparatives sur les relations entre l’Occident et l’extrême-Orient se sont accélérées ces derniers temps, en particulier sous l’effet de la mondialisation, des évolutions de la géopolitique et de la montée en puissance des pays du sud-est asiatique. De ce point de vue, la réflexion sur l’esthétique, qu’elle porte sur la sensibilité en général ou sur les expériences de l’art en particulier, a favorisé ces regards croisés entre deux histoires culturelles, deux civilisations. Alors que l’histoire et la pensée de la civilisation chinoise ont servi longtemps de référence pour illustrer l’altérité, l’étrangeté, la plus grande distance ar rapport à l’Europe, l’esthétique a, depuis plus d’un siècle, rapproché les deux traditions culturelles, ménageant même des voies de passages au point de donner parfois à penser qu’au-delà des moeurs, des langues, des modes de vie, l’Occident et l’Orient étaient parvenus, par le biais des arts, à partager une même expérience esthétique du monde. De nos jours, les prises de position ne cessent de se répartir et de se différencier sur un spectre qui va d’un extrême à l’autre : valoriser les ressemblances pour rapprocher les cultures au point de les réunir dans une sorte d’universel sommaire, renforcer les différences au point de rendre quasi incompréhensibles l’un pour l’autre Orient et Occident. L’esthétique de l’espace, au même titre que les conceptions du temps, constitue ainsi un domaine privilégié pour expérimenter ces différentes lignes de pensée.

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , .