Victor Cousin : Souvenirs d’Allemagne

Édité et présenté par Dominique Bourel
Voyage d’initiation, de pèlerinage, d’émerveillement pour le jeune professeur de la Sorbonne. Rédigé au fil de son périple, de Mayence à Hanovre et de Dresde à Berlin, ce carnet de route constitue un document essentiel de l’histoire de la philosophie française. Victor Cousin (1792-1867), comme madame de Staël avec De l’Allemagne (1810), est un relais capital dans la connaissance de la métaphysique allemande.
Hegel, Schleiermacher, Schelling, voici ses interlocuteurs en 1817, des « monstres sacrés » encore peu connus du public français. Avec Hegel, alors professeur à Heidelberg, la sympathie est immédiate et ils correspondront de longues années. Il apprend aussi à connaître l’organisation de l’université allemande, réformée récemment selon les orientations novatrices de Humboldt. Matière à enseignement pour le philosophe mais aussi pour le futur ministre de l’Instruction publique de Louis-Philippe, ce voyage en Allemagne l’incitera à donner sa spécificité et toute sa place à la philosophie dans l’enseignement français.

Posted in Philosophie moderne and tagged , .