Vladimir Jankélévitch : La mauvaise conscience

Préface : Pierre-Alban Gutkin-Guinfolleau
«Heureuse la malheureuse conscience, car son malheur n’est qu’une feinte, une ruse profonde de la vie ; heureuse la mauvaise conscience, elle qui connaîtra la joie violente de renaître…»

La mauvaise conscience constitue le premier objet philosophique sur lequel le jeune Jankélévitch, à l’aube d’une brillante carrière académique, déploie dès 1933 sa réflexion propre. La thèse qu’il lui consacre, reprise trente ans plus tard pour donner naissance à ce livre, contient déjà non seulement les grands thèmes de son œuvre à venir mais aussi les piliers définitifs de sa philosophie morale.
Au centre, l’étude du remords. Indissociable de l’expérience du temps, fugace et irréversible, le remords manifeste à nos yeux l’acte irrévocable ; par là même, il est la preuve de notre liberté, et porte en lui la consolation du temps qui passe.
Champs essais
Paru le 09/01/2019
Genre : Philosophie

Posted in Brèves, Philosophie contemporaine and tagged , .