Ariel Suhamy & Alia Daval : Spinoza par les bêtes

L’Araignée. Le Chien céleste. Le Ver dans le sang. L’Ange et le Rat. Le Cheval ailé. La Mouche infinie. Serpents venimeux et Chien enragé. Chat-lion. Bétail humain et table herbivore. Les Sirènes. Le Bouc…

Spinoza (1632-1677) aimait les exemples animaliers. Animaux ou créatures imaginaires, voire impossibles… Chimères et spectres. Il les utilisait constamment comme exemples pour préciser sa pensée réputée abstraite et difficile — géométrique, même.

À travers ce véritable zoo des merveilles — des bêtes donc, mais pas seulement —, Ariel Suhamy et Alia Daval nous introduisent avec humour et érudition les grands thèmes de la pensée de Spinoza.

En fait de bêtes, c’est bien sûr de l’homme qu’ils esquissent un portrait, dans sa relation à un dieu qui se confond avec l’univers, dans sa relation au droit, à la morale et à la politique, aux autres. Un portrait où la liberté et la nécessité ne font pas que s’opposer. De la lecture de ces trente subtiles variations, chacun pourra juger qu’il en ressort moins bête, voire aussi plus homme.

Posted in Philosophie moderne and tagged , .