Bertrand Saint-Sernin : Précis de l’action

Qu’est-ce que l’action ? Une rupture dans le cours du temps, une prise de risques, un commencement. L’agent, tel le plongeur quittant le bord, ne peut revenir en arrière ; l’exécution l’engage tout entier, corps et âme ; il doit faire confiance au monde, aux autres et à lui-même. C’est par l’action que la nouveauté entre dans la nature et dans l’histoire.

Ces caractères de l’action sont-ils universels ou varient-ils selon les cultures et les époques ? Bien qu’il existe différents styles d’action, les modélisations dramatiques (par le récit) et mathématiques (par le calcul) du phénomène en font ressortir l’unité. En même temps, la dualité du dramatique et du mathématique est insurmontable, sans doute parce que l’histoire humaine est tragique et que la tragédie se prête mal au calcul mathématique.

L’action nous révèle notre identité — y compris nos faiblesses — et commande notre destin. Cet essai fait le pari que les hommes peuvent faire prévaloir la raison pour régler les conflits. Il considère la notion chrétienne de communion des saints comme une source majeure des essais politiques et scientifiques pour nous faire prendre la mesure de l’unité du genre humain, malgré la tentation de nous enfermer dans des « sociétés closes ».

Posted in Philosophie contemporaine and tagged .