Cahiers Gaston Bachelard n°16 : La rupture

Chez Bachelard, dès La Formation de l’esprit scientifique, le concept de rupture épistémologique concerne avant tout les rapports entre observation et expérimentation, autrement dit entre le sens commun ou connaissance commune et la connaissance scientifique. La question des rapports des constructions théoriques au sens commun se pose de manière aiguë non seulement dans le cas des sciences dites « dures » (où l’on peut d’ailleurs soutenir que le sens commun est sujet d’une histoire que détermine en grande partie la science), mais également dans celui des sciences humaines et sociales, où il est plus difficile de penser et de défendre une rupture radicale avec la connaissance commune.

Mais elle se pose également dans la pratique de l’histoire des sciences, ne serait-ce que dans la mesure où celle-ci est solidaire, sinon tributaire, d’une épistémologie, d’une conception de la connaissance voire de l’esprit (l’analyse systématique des obstacles et des ruptures sert chez Bachelard un projet de « psychanalyse de la connaissance objective »). Enfin, la discontinuité ne se laisse pas uniquement penser diachroniquement au sein d’une discipline unifiée, mais elle intéresse la question de l’unité des sciences : la lumière d’une même découverte peut en quelque sorte se trouver diffractée par la diversité des champs qu’elle touche.

Posted in Brèves, Philosophie contemporaine and tagged , .

Ancien élève de l’ENS Lyon, agrégé et docteur en Philosophie, Thibaut Gress est professeur de Philosophie en Première Supérieure au lycée Blomet. Spécialiste de Descartes, il a publié Apprendre à philosopher avec Descartes (Ellipses), Descartes et la précarité du monde (CNRS-Editions), Descartes, admiration et sensibilité (PUF), Leçons sur les Méditations Métaphysiques (Ellipses) ainsi que le Dictionnaire Descartes (Ellipses). Il a également dirigé un collectif, Cheminer avec Descartes (Classiques Garnier). Il est par ailleurs l’auteur d’une étude de philosophie de l’art consacrée à la peinture renaissante italienne, L’œil et l’intelligible (Kimé), et a publié avec Paul Mirault une histoire des intelligences extraterrestres en philosophie, La philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre (Vrin). Enfin, il a publié six volumes de balades philosophiques sur les traces des philosophes à Paris, Balades philosophiques (Ipagine).