Colloque International : “Whiteness Studies”. Réflexions sur un rapport social

Colloque international organisé par Magali Bessone (ISJPS-CPCS-Nosophi)

« WHITENESS STUDIES »

RÉFLEXIONS SUR UN RAPPORT SOCIAL

Vendredi 4 octobre 2019

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne

12 place du Panthéon, Paris 5e

Centre Panthéon, salle 6

 

Le colloque envisagé, consacré aux « Whiteness Studies » et à leur difficile réception française, autour de la présentation de deux livres de George Yancy (Emory University), Look, A White! Philosophical Essays on Whiteness (Temple University Press, 2012) et Black Bodies, White Gazes: The Continuing Significance of Race in America, Second Edition (Rowman & Littlefield, 2017), a pour enjeu de renverser l’idée trop souvent admise selon laquelle la « question raciale » n’a d’intérêt conceptuel et normatif que pour les groupes minoritaires. Dans une perspective constructiviste, si le concept de « race » et les catégories associées peuvent être pertinentes pour l’analyse de notre monde social, c’est parce que les groupes sociaux qui forment notre société ne sont pas des donnés, des ensembles substantiels, homogènes, cohérents, toujours déjà là, mais qu’ils existent et sont construits dans et par des relations ou des interactions réciproques, des « rapports sociaux » qui constituent les groupes comme différents et les situent dans des positions inégalitaires ou une hiérarchie de statuts. Une telle approche permet de dénaturaliser et d’historiciser les catégories et de travailler les relations socio-politiques qui produisent des groupes majoritaires et minoritaires.

À ce titre, l’étude des majoritaires dans notre société est tout aussi fondamentale que celle des minoritaires. Il est important de pouvoir mettre en évidence le fait que des groupes sociaux sont racisés, c’est-à-dire placés en position subordonnée ou privilégiée dans de nombreux domaines sociaux, juridiques, politiques, économiques  – la position privilégiée bénéficiant notamment du « privilège » de ne pas se percevoir comme racisée et de se voir réservées les ressources socio-politiques et épistémiques de la racisation. Ce qui distingue ce processus d’autres phénomènes de production du désavantage ou du privilège (par les rapports sociaux de genre, de classe, par exemple), c’est que les groupes racisés le sont via l’usage de deux facteurs : d’une part, un repérage corporel (l’appartenance raciale se voit ou s’imagine, se projette, dans les corps) ; d’autre part, l’inscription de ces caractéristiques corporelles dans une filiation ou un héritage ancestral à la fois biologique et culturel. Les groupes racisés le sont ainsi à la fois en raison de leur visibilité (réelle ou imaginaire) et de leur généalogie. C’est à ce titre que l’on peut parler de blancs ou de noirs : parce que ces termes désignent des statuts sociaux, dont il s’agira ici d’explorer les modalités de construction et de manifestation.

Programme de politique scientifique Paris 1 “Justice sociale et philosophie critique des races et des racismes”

 

 

PROGRAMME

9h15 : accueil

9h30 – 11h00 : Conférence de George Yancy (Emory University) : The End of White Innocence

Répondante : Magali Bessone (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

11h00 – 11h15 : pause café

11h15 – 13h00 : Première session : Les constructions différenciées de la  condition majoritaire Présidente de session : Magali Bessone (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Sylvie Laurent (Sciences Po Paris) : Aggrieved Whiteness : the New Skin of White Supremacy

Juliette Galonnier (Sciences Po Paris) : Becoming Muslim and Becoming White.

Conversion to Islam and the discovery of whiteness in France and the United States

Jules Salomone (The Graduate Center CUNY) : Whiteness, Guilt and Shame

13h00-14h30 : déjeuner

14h30 – 15h45 : Deuxième session : « Whiteness » et « Blanchité » : la condition blanche en context français.

Président de session : Daniel Sabbagh (Sciences Po Paris)

Sarah Mazouz (CNRS, CERAPS) : Frenchness as a White Citizenship

Ary Gordien (Université de Paris) : Béké, blan péyi or blancs créoles? Self-identifying and being identified as a descendant of colonist in Guadeloupe.

15h45 – 16h00 : pause café

16h00 – 17h45 : Troisième session : Le féminisme a-t-il une couleur ?

Présidente de session : Marie Garrau (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)

Mickaelle Provost (Université Paris 1-Panthéon Sorbonne) : Toward a Phenomenology of Whiteness : some reflections on feminist epistemology

Eléonore Lépinard (Université de Lausanne) : Whiteness and the Moral Borders

of Feminism

Alexandrine Guyard-Nedelec (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : From feminism to reproductive justice: questioning the colour-blindness of the fight for reproductive rights and its implications for non-white women

NB : les présentations et discussions se dérouleront en anglais.

Posted in Annonces de colloques, Colloques de philosophie politique and tagged , .

Ancien élève de l’ENS Lyon, agrégé et docteur en Philosophie, Thibaut Gress est professeur de Philosophie en Première Supérieure au lycée Blomet. Spécialiste de Descartes, il a publié Apprendre à philosopher avec Descartes (Ellipses), Descartes et la précarité du monde (CNRS-Editions), Descartes, admiration et sensibilité (PUF), Leçons sur les Méditations Métaphysiques (Ellipses) ainsi que le Dictionnaire Descartes (Ellipses). Il a également dirigé un collectif, Cheminer avec Descartes (Classiques Garnier). Il est par ailleurs l’auteur d’une étude de philosophie de l’art consacrée à la peinture renaissante italienne, L’œil et l’intelligible (Kimé), et a publié avec Paul Mirault une histoire des intelligences extraterrestres en philosophie, La philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre (Vrin). Enfin, il a publié six volumes de balades philosophiques sur les traces des philosophes à Paris, Balades philosophiques (Ipagine).