Colloque Maurice Blondel : La philosophie ou la sainteté de la raison

Le propos du colloque est de comprendre comment il peut y avoir dans la réflexion philosophique de Maurice Blondel et de son propre aveu, un chemin de sainteté.

“La véritable philosophie est la sainteté de la raison. La volonté nous aliène et nous assimile à sa fin, l’entendement nous assimile et nous acquiert son objet : voilà pourquoi, en nous donnant à Dieu par un dévouement total, nous pouvons le mieux pénétrer par le regard ; la pureté du détachement intérieur est l’organe de la vision parfaite. On ne peut le voir sans l’avoir, l’avoir sans l’aimer, l’aimer sans lui apporter l’hommage de tout ce qu’il est, pour ne retrouver en tout que sa seule volonté et sa seule présence. Ce qu’il est, nous voulons qu’il le soit, quoi qu’il nous en coûte ; et ainsi ce qu’il est en soi, il le devient en nous.”

Ce passage dessine cette voie étroite vers l’Amour qu’emprunte le philosophe d’Aix et qu’il propose, encore aujourd’hui à chaque philosophe comme voie de sainteté ! Pour tenter d’en saisir le sens il nous faudra réexaminer l’ensemble du projet philosophique blondélien sous ce nouvel angle.

Quatre axes possibles, mais cet énoncé n’est pas exhaustif, à la lumière, entre autres, d’une lecture intégrale des Carnets Intimes, nous imposent :

  1. D’évaluer à nouveaux frais la signification de sa “phénoménologie”
  2. De comprendre comment chez notre philosophe la philosophie obéit à une vocation proprement “sacerdotale”
  3. De chercher où se situe chez lui la logique profonde de la vie intellectuelle et spirituelle
  4. De dessiner ce qu’il définit lui-même comme une Métaphysique de la Charité.

Marice Blondel.

La philosophie ou la sainteté de la raison

Colloque à l’occasion des 70 ans de la mort de Maurice Blondel (1861-1949)

« La science n’est bonne que dans l’ardeur de la charité. »

Maurice Blondel, Carnets intimes, volume I

Le propos du colloque est de comprendre comment il peut y avoir, dans la réflexion philosophique de Maurice Blondel et de son propre aveu, un chemin de sainteté.

Manifestation organisée par l’Association des Amis de Maurice Blondel, l’Association des Philosophes chrétiens, le Collège supérieur (Lyon). Avec le soutien de l’Académie Catholique de France.

Soirée publique / Moment musical le vendredi, avec la participation exceptionnelle de Fabrice Hadjadj

PROGRAMME

Vendredi 15 novembre 2019

8h45 : accueil.

9h : début des travaux.

La philosophie comme sainteté de la raison

Le cardinal Paul Poupard, Mgr Pierre Henrici (évêque émérite de Coire), Philippe Capelle-Dumont (Académie catholique de France), Jean Leclercq (Université catholique de Louvain), Peter Reifenberg (diocèse de Mayence), Andrea Bellantone (ACDF, Institut catholique de Toulouse).

12h45 : Repas

14h30 : reprise des travaux.

Blondel une fécondité théologique, spirituelle et mystique

Jean-Noël Dumont (ACDF, Lyon), Mgr Alexis Leproux (Bernardins, Paris), Emmanuel Gabellieri (Université catholique de Lyon), Michel Faye (Académie catholique du Val de Seine, Paris).

18h30-20h45: soirée publique / Moment musical

Blondel, ou le combat spirituel d’un chrétien pour aujourd’hui

Présentation par Y. de Parcevaux et M.-J. Coutagne. Interventions de Fabrice Hadjaj (Institut Philanthropos, Fribourg) et Andreas Lind (Université de Namur).

Lecture de textes de Maurice Blondel.

Samedi 16 novembre 2019 :

9h : reprise des travaux

Blondel en dialogues.

Jean-François Petit (Institut catholique de Paris), Nathanaël Garric (IUSL, Aix), Jérémy-Marie Pichon (doctorant Sciences Po, Aix), Pascal Vincette (Bernardins, Paris), Christian Chevalier (IUSL, Aix).

Débat conclusif

Posted in Annonces de colloques, Colloques de philosophie contemporaine and tagged , .

Attentif aux recompositions du religieux et à ses déclinaisons gnostiques dans le paysage culturel contemporain, Jérémy-Marie Pichon s’inscrit dans l’héritage de René Girard, de Claude Tresmontant et de Maurice Blondel pour développer une lecture anthropo-théologique de la sécularisation.
Membre des Amis de Maurice Blondel et de l’Association Recherches Mimétiques, il travaille également une thèse de Littérature à Paris IV Sorbonne (La pensée baroque d’Honoré de Balzac dans la Comédie Humaine).
Diplômé de Sciences-Po Aix et titulaire d’un Master 2 de Philosophie à Paris IV Sorbonne (La question de la Création dans la pensée de Saint Thomas d’Aquin, une lecture de Claude Tresmontant), il enseigne la philosophie de la religion et l’anthropologie au séminaire d’Aix-en-Provence et à l’ISFEC Jean Cassien de Marseille (Master Sciences de l’éducation et Anthropologie de la religion).