Edmund Husserl : Phénoménologie de l’attention

Peut-on, de l’existence d’un Cours consacré partiellement à l’attention, conclure à l’existence chez Husserl d’une phénoménologie de l’attention en bonne et due forme? En montrant comment l’attention entretient une relation complexe à la perception, à la volonté, à l’affect et à la réflexion, le phénoménologue fait ressortir l’originalité d’un vécu qui n’est pas un acte intentionnel au sens précis mais traverse les actes pour les porter à leur accomplissement : ni raison (à savoir volonté et réflexion), ni sentiment (à savoir affect et plaisir), l’attention remplit une fonction modulatrice des actes de la onscience, fonction qui fait à elle seule son originalité dynamique d’amorçage et d’adossage intégratif. Par une double réforme de l’intentionnalité (formelle) et de l’intensité (matérielle) de la conscience, il renvoie dos-à-dos, non sans y puiser certaines ressources, la problématique du champ de la conscience (Wundt) et celle, longuement discutée, de l’attention comme plaisir pris à remarquer (Stumpf).
Husserl joue sur une variation terminologique de l’attention (Zuwendung : conversion attentionnelle; Aufmerksamkeit : activité aperceptive de remarquer; attention : tension vers) qui démantèle une identité homogène donnée a priori et permet au langage d’épouser les modifications et mutations expérientielles du phénomène attentionnel. A-t-on pour autant affaire à une « phénoménologie de l’attention »? Nous laissons le lecteur juger et conclure lui-même après lecture.

Traduction, introduction et lexique par Natalie Depraz

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , , .