Francesco Paolo Adorno : Le désir d’une vie illimitée. Anthropologie et biopolitique

Le post-humanisme, dans ses nombreuses déclinaisons est en passe de dessiner tous les possibles scenarii d’un monde habité par des mutants, des cyborgs, des êtres hybrides finalement capables de contrôler tous les aspects de l’existence et de vivre en pleine liberté. Le but de ce travail est de pointer les présupposés idéologiques implicites, les points de fuite, les ombres d’un tableau si agréable dans lequel, nous dit-on, le mariage de l’esthétique et de l’éthique engendrera un espace de liberté absolue. L’idéologie de la manipulation de l’homme se développe (et ne peut se développer que) à l’intérieur de la configuration politique de la modernité en tant que biopolitique telle que Foucault l’a définie. Dans ce sens, il nous est apparu que le post-humanisme n’est que le résultat et la construction théorique de la biopolitique qui le fonde, le justifie et le promeut. Alors peut-être une forme de résistance se trouve dans un processus de réappropriation de la mort.

Posted in Philosophie Politique and tagged .