François Jaran : Phénoménologies de l’histoire. Husserl, Heidegger et l’histoire de la philosophie

Tous les grands mouvements philosophiques du XXe siècle ont été tenus de méditer les conséquences de leur inscription dans l’histoire de la philosophie. La phénoménologie n’a pas escamoté cette tâche, elle qui, née d’une volonté de se défaire d’une tradition trop encombrante, a fini par chercher à s’expliquer avec elle. Chez Heidegger tout d’abord, chez Husserl ensuite, l’histoire de la philosophie est devenu l’une des problématiques essentielles de la recherche sur les fondements de la méthode phénoménologique.
Cette étude interroge la relation complexe qui unit à l’histoire de la philosophie la phénoménologie transcendantale de Husserl et la phénoménologie herméneutique de Heidegger. Plutôt que d’opposer ces deux phénoménologies et chercher à en souligner les différences, l’ouvrage fait plutôt le pari de montrer qu’elles finirent toutes deux par reconnaître la nécessité pour la philosophie de comprendre sa propre histoire et par accepter de se convertir en une phénoménologie historiste, voire même en une phénoménologie de l’histoire. Chez le jeune Heidegger et le dernier Husserl, la phénoménologie se sera comprise comme une manière de philosopher qui, tout en reconnaissant sa propre historicité, n’abandonne pas son ambition de parler des choses elles-mêmes.

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , , , .