Frédéric Fruteau de Laclos : L’épistémologie d’Émile Meyerson, Une anthropologie de la connaissance

La philosophie des sciences d’Émile Meyerson (1859-1933) suscite aujourd’hui un regain d’intérêt. Proche de Bergson, de Brunschvicg et de De Broglie, Meyerson apparaît comme un membre éminent, quoique négligé, de la tradition épistémologique française. Antipositiviste, fin connaisseur de la science classique et de la thermodynamique, il propose de pénétrantes interprétations de la relativité et des quanta. Nourri de métaphysique allemande, il est également curieux des avancées théoriques de son temps, comme en témoignent ses riches correspondances avec Einstein, Husserl, Cassirer, ou encore Dewey et MacTaggart. L’œuvre foisonnante et complexe de Meyerson, critiquée par Bachelard, n’a cessé d’être lue et appréciée de penseurs tels que Popper, Kuhn et Quine.
Cette étude, s’appuyant sur les grands ouvrages publiés du vivant de l’auteur, mais aussi sur des archives inédites, montre que l’épistémologie meyersonienne représente une très originale et très actuelle anthropologie de la connaissance.

Frédéric Fruteau de Laclos, agrégé et docteur en philosophie, est maître de conférences à l’Université Paris-I Panthéon-Sorbonne et membre de l’Institut d’Histoire et de Philosophie des Sciences et des Techniques

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , , .