Livio Rossetti : Le dialogue socratique

S’il est bien connu que Platon n’a pas été le seul à avoir utilisé la figure littéraire de Socrate, c’est bien la vision de sa personnalité et de sa dialectique déployée dans ses œuvres majeures qui s’est finalement imposée. Le Dialogue socratique s’emploie donc à remettre à l’honneur quelques textes marginaux, délaissés pendant des siècles parfois par la grande tradition, comme le merveilleux – et, à vrai dire, quelque peu angoissant – Euthydème de Xénophon, pour dessiner au moyen d’analyses précises le portrait d’un Socrate méconnu. Socrate n’a pas de doctrine à délivrer, mais son seul travail est de pousser à bout ses interlocuteurs, les pousser dans leurs retranchements pour monter que les réponses aux questions ne sont pas les bonnes nécessairement et qu’il faut sans cesse requestionner.
Beaucoup plus proche des sophistes que ne le laisse l’entendre Platon, ce Socrate-là rend également plus intelligible la filiation que revendiquaient avec lui les cyniques. Le dernier chapitre de cet ouvrage bénéficie des recherches novatrices de l’auteur sur « l’invention de la philosophie », qui bouleversera sans doute bien des opinions reçues.

Posted in Philosophie antique and tagged , .