Michel Henry : Voir l’invisible. Sur Kandinsky

Ce que les plus grands esprits ont demandé en fin de compte à l’art, c’est une connaissance, une connaissance véritable, métaphysique, susceptible d’aller au-delà de l’apparence extérieure des phénomènes pour nous en livrer l’essence intime. Comment la peinture accomplit-elle et peut-elle accomplir cette révélation ultime ? Non pas en nous donnant à voir, en nous représentant cette essence dernière des choses, mais plutôt en nous identifiant à elle dans l’acte initiatique de l’art. »

Aujourd’hui, l’art peut arracher l’homme à son désarroi en lui restituant ce qu’il a perdu, tel était le message de Kandinsky, fondateur de la peinture abstraite. Il ne s’agit plus de représenter le monde des objets, mais notre vie intérieure. Comment peindre et faire voir les émotions cachées de nos âmes, montrer l’invisible ? Réputée difficile, la peinture abstraite ouvre paradoxalement le lieu d’une vraie culture populaire et rejoint l’art préoccupé du surnaturel, l’art sacré, ce que nous explique Michel Henry.

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , , , .