Michel Nodé-Langois : Le vocabulaire de Thomas d’Aquin

La philosophie de saint Thomas est une philosophie de théologien. L’idée qu’il s’en faisait est résumée par la formule souvent décriée mais mal comprise : philosophia ancilla theologiae – la philosophie (du théologien) est au service de sa théologie, ce qui ne signifie pas que la théologie asservisse la philosophie, mais seulement qu’elle s’en sert, c’est-à-dire qu’elle y puise ce qui lui est nécessaire pour la tâche qui est la sienne, et non pas celle de la philosophie : l’intelligence de la foi. Aussi bien saint Thomas récusait-il l’idée que les dogmes de la foi puissent être des principes de connaissance philosophique. Mais il récusait tout autant l’idée que la philosophie n’aurait rien à connaître de ce -qu’enseigne la foi, à commencer par l’objet même de celle-ci : Dieu. Que le travail du théologien saint Thomas ait produit des approfondissements essentiels de son héritage philosophique atteste que la foi, loin d’être un obscurcissement de la conscience et un obstacle à la réflexion, en est au contraire un stimulant et un moteur, qui au besoin défend la capacité de la raison à connaître le vrai, contre ses asservissements empiristes ou pragmatistes.

Posted in Philosophie médiévale and tagged , , , .