Michèle Gennart : Corporéité et présence. Jalons pour une approche du corps dans la psychose

Cet ouvrage propose une analyse phénoménologique du corps tel que nous le vivons. Il éclaire aussi, en-deçà du corps vécu, la manière dont notre corps à l’œuvre, sentant et se mouvant, contribue tacitement à édifier notre situation d’existence, à esquisser notre sens du réel et notre identité. Interrogeant les origines vivantes du dualisme, cette analyse cherche par ailleurs à rendre compte de toute l’épaisseur d’expérience par laquelle notre corps nous apparaît comme autre, étranger, comme un « corps physique » que nous refusons de reconnaître comme étant nous-mêmes. Ainsi de la douleur, du malaise, des moments où l’autre, par la prise qu’il exerce sur nous, nous surprend à exister dans les limites d’un corps qui n’est plus tout à fait « nôtre ».
Par delà sa finalité anthropologique générale, la tentative d’éclairer la polyphonie pathique de l’incarnation vise aussi à dégager un horizon de compréhension renouvelé face à la situation de l’homme souffrant de psychose.M. Gennart s’applique à montrer comment ce que l’on appréhende de façon trop abstraite comme un « trouble mental » constitue bien plutôt une atteinte de la présence élémentaire au monde, à l’autre, à soi. Analysant cette situation pathique de base, elle dégage des voies d’approche permettant de mieux comprendre ce qui s’avère altéré ou en souffrance dans la psychose, et en particulier dans la schizophrénie.

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , .