Pierre Collin : Gabriel Marcel, philosophie de l’espérance

Gabriel Marcel fut habité par une assurance invincible : fondée sur l’amour, l’espérance doit triompher du désespoir. Et il appartient au philosophe de guider ses lecteurs sur le chemin de cette victoire. Penseur de l’être incarné, il fut particulièrement sensible aux liens que les rencontres créent entre ces êtres fragiles et inventifs que nous sommes. En amitié ou en amour, la fidélité créatrice ouvre aux existants le mystère de l’être. La métaphysique se laisse guider par la réflexion sur la sainteté : dès lors, les fils se nouent entre le donné le plus concret de l’existence et l’ouverture spirituelle la plus profonde. Dieu prend la figure du Toi absolu. C’est en lui et par lui que se fonde l’assurance d’une immortalité bienheureuse : « L’espérance n’est pas seulement une protestation dictée par l’amour, elle est une sorte d’appel, de recours éperdu à un allié qui est amour lui aussi. »

Gabriel Marcel a cherché à penser une foi qui transcende le savoir. Il fut ainsi le premier en France à construire, dans son « Journal métaphysique », une philosophie de l’existence, ouverte au mystère de l’être. Il se singularise par le lien qu’il établit, hors de tout dogmatisme, entre la recherche philosophique et la spiritualité chrétienne.

C’est au sein de notre monde effectif, marqué par les totalitarismes, que Gabriel Marcel a poursuivi ces orientations fondamentales. Dans le contexte chaotique et eschatologique de notre époque, il propose un humanisme chrétien dont l’espérance est le fil conducteur. Il garde ainsi toute la liberté du philosophe, soumis à cet esprit de vérité qui relativise toutes nos vérités particulières. En ce sens, il appartient bien au temps de la confrontation et du dialogue entre les religions.

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , .