Alain Chauve : Russell-Wittgenstein. La vérité et la logique

1900-1914. Entre ces deux dates se produisent des bouleversements intellectuels majeurs. L’un d’eux est longtemps resté méconnu dans la tradition philosophique française : la création de la logique moderne qui rend obsolète la logique traditionnelle et qui, du même coup, sape le fondement de la métaphysique classique. Ce bouleversement a pour auteurs deux hommes : Russell et son étudiant Wittgenstein. Le premier écrit, en 1910, le volume 1 des Principia Mathematica ; le second médite depuis 1913 le Tractatus logico-philosophicus, finalement publié en 1921 en allemand et en 1922 en anglais. Au centre de ce bouleversement, une notion dont l’analyse et l’interprétation vont commander la signification et la portée philosophiques de la logique moderne : la vérité. Russell est conscient de la force et de la pertinence des objections de son cadet. Pourtant, il ne saura admettre, comprendre, ni même entrevoir l’immense portée du refus de Wittgenstein d’introduire dans la logique une référence à un sujet pensant et à des lois de la pensée.

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , , .