Gérald Sfez : Leo Strauss et le problème de l’interprétation

Contrairement à une idée préconçue, selon laquelle l’interprétation est une question de subjectivité, l’art d’interpréter obéit à une approche rationnelle : il suit des règles déterminées et renvoie à des critères définis. La pensée de Leo Strauss (1899-1973) fait ici figure de modèle. Elle propose un discours de la méthode mis en œuvre dans la lecture de grands textes philosophiques de la tradition antique et moderne. Elle nous permet de mieux répondre à deux questions centrales : à quelles conditions une interprétation peut-elle être tenue pour rigoureuse et légitime ? Quelles sont, mesurées à l’aune de cette exigence rationnelle, les alternatives fondamentales entre les grandes orientations de l’art d’interpréter et quels en sont les enjeux ? Le problème de l’interprétation se montre ici dans toutes ses dimensions : celle de la réflexion sur l’existence et la nature de la vérité, celle du rôle politique de son mode de présentation et celle de la sagesse morale qui les accompagne. Cet ouvrage tente d’éclairer ce problème sous ces divers aspects par l’explicitation du modèle straussien et sa mise en dialogue avec d’autres pensées de l’art d’interpréter.

Posted in Philosophie Politique and tagged , .