Jérôme Ferrari : L’art dans le monde comme volonté et comme représentation d’Arthur Schopenhauer

La réflexion sur l’art – objet du troisième livre du Monde comme volonté et comme représentation et de nombreux chapitres des suppléments – occupe une place éminente dans le déploiement de la pensée de Schopenhauer. L’art y tient sa valeur de sa relation à l’être – au monde, d’un côté comme volonté, de l’autre comme représentation.
« Toute œuvre d’art tend donc, à vrai dire, à nous montrer la vie et les choses telles qu’elles sont dans leur réalité… » À la faveur de ce déplacement vers l’ontologie, les dimensions cognitive et éthique intègrent l’expérience esthétique. Par des analyses d’une grande précision, liée à une fréquentation intime des œuvres, Schopenhauer manifeste ainsi la puissance propre à l’art.

Posted in Philosophie moderne and tagged , .