Dorian Astor : Nietzsche

« La disproportion entre la grandeur de ma tâche et la petitesse de mes contemporains s’est manifestée en ce que l’on ne m’a ni entendu, ni même aperçu. Je vis du seul crédit que je m’accorde. Peut-être même mon existence est-elle un préjugé ?… »

Comment un jeune professeur, passionné par les Grecs et par Wagner, devient-il le philosophe le plus courageux de son temps, capable de dynamiter l’idée qu’on avait de toute croyance ? De réévaluer toute morale à l’école du soupçon ? De débusquer, au plus profond de la vérité, du langage, et de l’homme même, des puissances hostiles à la vie ? Friedrich Nietzsche (1844-1900) a tout sacrifié à ce projet, tout ce qui comptait pour lui – jusqu’à sa santé et l’amitié. Se vouant à la solitude, il tente de transfigurer la souffrance pour surmonter l’humain. Derrière les figures de l’esprit libre, de Zarathoustra ou de Dionysos, il avance masqué. Mais Nietzsche a aimé la vie au point d’en vouloir l’éternel retour, quitte à devenir fou, préférant passer pour un pitre plutôt que pour un saint.

NIETZSCHE [2011], 414 pages sous couv. ill., 108 x 178 mm. Collection Folio biographies (No 74), Gallimard -bio. ISBN 9782070398980.
Parution : 17-02-2011.

Posted in Philosophie moderne and tagged , .