Pascal Bruckner : Fanatisme de l’Apocalypse. Sauver la Terre, punir l’homme

Né en 1948 à Paris, Pascal Bruckner est l’auteur de plusieurs essais chez Grasset : La tentation de l’innocence (Prix Médicis 1995), L’Euphorie perpétuelle ou le devoir de bonheur, (2000), Misère de la prospérité (Prix du Meilleur livre d’économie, Prix Aujourd’hui 2002), La tyrannie de la pénitence (2006), Le Paradoxe amoureux (2009). Collaborateur au Nouvel Observateur, il est également romancier.

En apparence, il n’y aurait rien a dire contre tous les discours qui prétendent sauver la Terre, en réduisant nos dépenses d’énergie, en consommant moins, en gaspillant moins, mais si l’on creuse sous la façade de la décroissance souriante, que trouve-t-on ? Rien d’autre que la haine de l’homme ! Ici, ce sont des vers qu’on a élevés en cave, là c’est le retour de l’homme sauvage, laissant la plus petite empreinte écologique sur la planète qui souffre.
Le meilleur moyen de ne pas polluer ne serait-il pas plutôt de cesser d’exister ? Et si l’écologie visait à notre disparition plutôt qu’à notre bien-être ? Et si la souillure c’était l’homme, moderne consommateur comme le citoyen des pays émergents, qu’il faudrait éradiquer de la surface d’une Terre prise comme sujet de droit ? Sommes-nous gouvernés par nos peurs ?
L’Ecologie est devenue une idéologie globale, avec ses prêtres, ses temples et son vocabulaire digne d’un nouveau catéchisme catastrophiste.
« L’homme est le cancer de la Terre » dit l’un de ces pieux servants de la décroissance. Au moment où la science, du Mediator au nucléaire, du catastrophisme ambiant aux éoliennes soupçonnées de rendre migraineux, du soja tueur au réchauffement climatique, est entrée définitivement dans l’ère du soupçon, l’essai de Pascal Bruckner tombe à point.
S’émanciper du progrès, se laisser griser par les spécialistes du vague, croire se soustraire au risque, ce sont les tentations d’une écologie régressive, totalitaire, devenue aujourd’hui majoritaire.

Posted in Philosophie Politique and tagged , .