Ecritures philosophiques

Programme

6 février 2013 – Paolo D’Iorio, L’écriture de Nietzsche.

27 février 2013 – Domenico Paone, Une approche génétique des manuscrits de Renan.

27 mars 2013 – Michel Fichant, L’écriture philosophique de Leibniz: points de vue génétiques.

17 avril – Jean Bourgault, Sartre : le choix des exemples. Quelques remarques sur l’écriture de « Morale et Histoire » (1960-1965).

24 avril – Jérôme Letourneur, La recherche conceptuelle de Ludwig Wittgenstein: suite de toutes sortes et déplacement synoptique.

22 mai 2013 – Benedetta Zaccarello, Le manuscrit des « Recherches sur l’usage littéraire du langage » de Maurice Merleau-Ponty.

Les séances ont lieu les mercredis de 15h30 à 17h30 à l’École normale supérieure, 45 rue d’Ulm, 75005 Paris, salle Beckett. Entrée libre dans la limite des places disponibles. Pour toute information, écrire à diorio@ens.fr.

Descriptif

Ce séminaire se propose d’utiliser la méthode génétique pour analyser les textes et les manuscrits des philosophes. Est-ce que l’écriture philosophique diffère de manière significative de l’écriture littéraire ? Est-ce que la critique génétique peut nous ouvrir la voie à une meilleure compréhension du discours philosophique ? Voici quelques-unes des questions qui seront posées au fil des séances.
L’étude des manuscrits s’impose tout d’abord chez ces auteurs, comme Fichte ou Wittgenstein, dont l’œuvre est en grande partie posthume. Il s’agit alors moins d’analyser la structure d’une œuvre finie que de saisir le mouvement de la pensée dans les brouillons. Un second cas de figure est présenté par les auteurs qui ont beaucoup publié mais ont écrit encore davantage, comme Leibniz, Schopenhauer, Nietzsche, Valéry, Sartre. L’étude des manuscrits préparatoires sert alors à mieux comprendre l’œuvre publiée et les brouillons nous aident souvent à saisir les éléments qui rentrent en jeu dans le choix d’un titre, d’un mot, dans le renvoi caché ou explicite à d’autres auteurs. À l’aide des matériaux et des instruments conceptuels retrouvés dans le laboratoire du philosophe, nous comprenons mieux la nouveauté et la force de ses hypothèses et de ses stratégies de discours. Et finalement, la manière dont les philosophes ont pensé est souvent plus importante que les résultats de leurs efforts. Jusqu’à présent on avait cherché la méthode des philosophes exclusivement dans leurs discours : il est temps de la chercher également dans leur manière de les écrire, et de penser en les écrivant.

Le séminaire est organisé par le pôle « Écritures philosophiques » de l’Institut des Textes et Manuscrits Modernes, nouvellement constitué, qui rassemble les recherches conduites par les équipes Nietzsche, Renan, Valéry, Sartre.

Posted in Colloques de philosophie contemporaine and tagged , .

Ancien élève de l’ENS Lyon, agrégé et docteur en Philosophie, Thibaut Gress est professeur de Philosophie en Première Supérieure au lycée Blomet. Spécialiste de Descartes, il a publié Apprendre à philosopher avec Descartes (Ellipses), Descartes et la précarité du monde (CNRS-Editions), Descartes, admiration et sensibilité (PUF), Leçons sur les Méditations Métaphysiques (Ellipses) ainsi que le Dictionnaire Descartes (Ellipses). Il a également dirigé un collectif, Cheminer avec Descartes (Classiques Garnier). Il est par ailleurs l’auteur d’une étude de philosophie de l’art consacrée à la peinture renaissante italienne, L’œil et l’intelligible (Kimé), et a publié avec Paul Mirault une histoire des intelligences extraterrestres en philosophie, La philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre (Vrin). Enfin, il a publié six volumes de balades philosophiques sur les traces des philosophes à Paris, Balades philosophiques (Ipagine).