Bernard Chavance : Marx et le capitalisme

À la fin du XXe siècle, la théorie du capitalisme de Marx sombrait dans les oubliettes de l’histoire. La chute des systèmes socialistes et l’hégémonie de la doctrine absolutiste du marché semblaient enterrer définitivement une conception jugée dépassée, dont les prédictions sur la fin prochaine du capitalisme avaient été réfutées par l’histoire.
La grande crise économique mondiale du début du XXIe siècle ravive la vision critique que Marx avait élaborée, celle d’un mode de production capitaliste contradictoire, dont le développement s’effectue à travers des convulsions périodiques au coût social considérable.
Cet ouvrage propose une introduction à la théorie marxienne développée dans Le Capital à travers la “critique de l’économie politique”. Le capital y est défini comme un rapport social, comme un processus de “fabrication de plus” qui s’autonomise et finit par instrumentaliser les hommes qui le produisent. Deux conflits majeurs engendrent la dynamique singulière du système : le premier oppose le travail et le capital, le second les capitalistes entre eux, dans la concurrence qu’ils se livrent. Ses contradictions s’expriment et se résolvent provisoirement par des crises.
Penser le capitalisme aujourd’hui demeure un impératif et un défi. La théorie de Marx, ainsi que sa critique, peuvent encore y contribuer : par cela même Le Capital reste un ouvrage classique.

Bernard Chavance est professeur à l’Université Paris Diderot. Spécialiste des économies socialistes et post-socialistes, ses recherches portent également sur l’histoire de la pensée économique. Il a notamment publié Marx en perspective (dir., Éd. de l’EHESS, 1985), et L’économie institutionnelle (La Découverte, “Repères”, 2007).

Posted in Philosophie Politique and tagged , .