Christiane Chauviré : l’immanence de l’ego

« On voit dès lors que si le thème de la subjectivité s’émancipe du cadre de discussion imposé tout d’abord par le solipsisme puis le béhaviorisme, et refait surface avec la grammaire de “je sais” tout à la fin dans De la certitude, il traverse l’œuvre de Wittgenstein d’un bout à l’autre, avec des inflexions diverses. Autour de lui se concentrent les problèmes majeurs de sa philosophie, et jusque dans sa dernière philosophie de la psychologie se confirme le refus d’un sujet psychologique déjà annoncé dans le Tractatus. Cette dissociation de la philosophie et de la psychologie eu égard au sujet atteste la continuité de la première et de la seconde, voire de la troisième (De la certitude) philosophies de Wittgenstein. »

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , .