Edouard Mehl : Descartes et la visibilité du monde. Les Principes de la philosophie

Les Principes de la philosophie de Descartes (1647) proposent une philosophie réunissant de manière originale tout ce qui relevait jusque-là de sciences distinctes : la « physique », l’« astronomie », la « métaphysique ». L’ouvrage, parfaitement didactique, vise à remplacer les manuels scolaires de l’époque, figés dans un aristotélisme dont la révolution scientifique des XVIe et XVIIe siècles a précipité la ruine. Mais, sans céder à la facilité d’une polémique unilatérale contre un savoir périmé, les Principes retournent cet aristotélisme sublimé contre le scientisme d’une époque parfois tentée d’enterrer l’idée même de philosophie.
D’où l’ambiguïté d’un ouvrage où les frontières entre la critique et la réappropriation de la tradition ne sont pas toujours évidentes. D’où aussi la radicalité et l’envergure d’une œuvre qui expose une nouvelle théorie de la connaissance, de la matière corporelle, du mouvement, de la lumière, du ciel d’où celle-ci nous parvient, et enfin du monde comme le lieu absolu de leur apparition. Ce monde n’est pas seulement l’espace, sans qualités, que hantent des corps sans esprit c’est un monde immense, à la fois parfait et ouvert, évident et mystérieux, car le ciel étoilé cèle dans son immensité le secret de son ordre. Les Principes consacrent la philosophie à la considération de cette nouvelle énigme.

Posted in Philosophie moderne and tagged , .