Guillaume Sibertin-Blanc : Politique et Etat chez Deleuze et Guattari

Souvent abordée par sa « micropolitique du désir », l’œuvre commune de Deleuze et Guattari est rarement sollicitée lorsqu’on s’interroge sur les problèmes classiques ou contemporains de la pensée politique : la forme-État, la souveraineté, le rapport de la violence et du droit, la guerre, le paradigme de la Nation et les re-combinaisons qu’il a entraînées entre les idées de peuple, de citoyenneté et de minorité. En suivant la trajectoire conduisant du premier tome de Capitalisme et schizophrénie (1972) au second (1980), ce sont pourtant tous ces problèmes qui se trouvent réélaborés, au fil d’une conjoncture de transition historique marquée par la fin des guerres de décolonisation, la transformation du capitalisme mondial, les recompositions aussi profondes qu’incertaines des forces de résistance collective.
Encore faut-il, pour mesurer les prises de la pensée guattaro-deleuzienne sur les bouleversements de son temps, la confronter à ce qui fut son interlocuteur principal, le marxisme, à son champ épistémique (le matérialisme historique), à son programme critique (la critique de l’économie politique) et à sa grammaire politique (la lutte des classes). De ces pourparlers, trois hypothèses nouvelles se dégagent : celle d’un « Urstaat », incarnant un excès de la violence souveraine sur l’appareil d’État et sur ses investissements politiques celle d’une puissance de « machine de guerre », que les États ne peuvent jamais s’approprier que partiellement, et à laquelle ils peuvent eux-mêmes se subordonner celle d’un excès du « destructivisme » de l’accumulation capitaliste sur son organisation productive.
Dans ce triple excès, la pensée politique de Deleuze et Guattari trahit le spectre de l’entre-deux-guerres qui la hante, mais qui la fait aussi communiquer avec les penseurs actuels de l’impolitique. S’y donnent à lire non seulement une nouvelle théorie politique, mais aussi un tableau de la pluralité des voies d’ascension à l’extrême-violence susceptibles de détruire la politique même et auxquelles les luttes contemporaines ne peu-vent s’épargner de faire face.

Posted in Philosophie contemporaine and tagged , .