Nietzsche : Platon. Écrits philologiques, tome VIII

PRÉSENTATION

Plato amicus sed — (« Platon est un ami, mais — ») : le frontispice calligraphié du grand cours que Nietzsche donna sur Platon à l’Université de Bâle, dès l’hiver 1871-1872 et jusqu’à la fin de son activité de professeur de philologie, dit déjà l’essentiel. Platon a toujours obsédé Nietzsche, lequel fit de lui son plus grand adversaire. Les œuvres publiées ou destinées à la publication par Nietzsche portent régulièrement la trace de cette joute philosophique. Mais celle-ci s’est nourrie d’un cours de philologie, dont on donne ici pour la première fois une traduction française intégrale, élaborée de manière critique à partir des manuscrits. Platon, de la « génération de la peste », comme le souligne à maintes reprises le cours, y est sourdement mis en opposition à Thucydide, comme le fera explicitement par la suite le Crépuscule des idoles. Mais le philosophe athénien est surtout réintégré dans le complexe littéraire spécifique de l’Antiquité, qui ne produisait pas de « littérature » à proprement parler, ce qui permet de dégager la figure d’un Platon comme « révolutionnaire de la plus radicale espèce ». À côté de ce cours se trouve en outre une courte et dense introduction de Nietzsche pour l’étude de l’Apologie de Socrate, trop méconnue à ce jour. Appuyée sur ses connaissances en rhétorique (domaine auquel il consacra plusieurs cours), cette brève ouverture magnifie comme jamais sous la plume de Nietzsche le talent de Platon.

BIOGRAPHIES CONTRIBUTEURS

Anne Merker

Anne Merker est agrégée de philosophie, professeure des universités en philosophie antique, doyenne de la Faculté de philosophie de l’Université de Strasbourg et directrice du Centre de recherches en philosophie allemande et contemporaine. Elle a publié La vision chez Platon et Aristote (Academia, 2003), Une morale pour les mortels – L’éthique de Platon et d’Aristote (Les Belles Lettres, 2011, prix Joseph-Saillet 2013, Académie des Sciences morales et politiques), Le principe de l’action humaine selon Démosthène et Aristote – Hairesis, prohairesis (Les Belles Lettres, 2016) et Aristote, une philosophie pour la vie (Ellipses, 2016). Elle dirige avec Paolo D’Iorio la traduction française des Écrits philologiques de Nietzsche aux Belles Lettres.

Posted in Brèves, Philosophie antique, Philosophie moderne and tagged , , , , .

Ancien élève de l’ENS Lyon, agrégé et docteur en Philosophie, Thibaut Gress est professeur de Philosophie en Première Supérieure au lycée Blomet. Spécialiste de Descartes, il a publié Apprendre à philosopher avec Descartes (Ellipses), Descartes et la précarité du monde (CNRS-Editions), Descartes, admiration et sensibilité (PUF), Leçons sur les Méditations Métaphysiques (Ellipses) ainsi que le Dictionnaire Descartes (Ellipses). Il a également dirigé un collectif, Cheminer avec Descartes (Classiques Garnier). Il est par ailleurs l’auteur d’une étude de philosophie de l’art consacrée à la peinture renaissante italienne, L’œil et l’intelligible (Kimé), et a publié avec Paul Mirault une histoire des intelligences extraterrestres en philosophie, La philosophie au risque de l’intelligence extraterrestre (Vrin). Enfin, il a publié six volumes de balades philosophiques sur les traces des philosophes à Paris, Balades philosophiques (Ipagine).