ISSN 2269-5141 Qui sommes-nous ?  Mentions légales

Accueil > Philosophie contemporaine > Walter Benjamin : Le surréalisme

Walter Benjamin : Le surréalisme

jeudi 27 septembre 2018

« Transformer le monde, a dit Marx ; changer la vie, a dit Rimbaud : ces deux mots d’ordre pour nous n’en font qu’un », clamait André Breton en 1935. Agir – oui, mais comment ? Six ans plus tôt, fasciné par l’expérience surréaliste qui fait imploser la littérature, manie les drogues, utilise le collage, magnifie la surprise, les rêves, l’inconscient, et vise à la révolution, Walter Benjamin avait déjà associé le philosophe et le poète. Mais son constat est sans appel : politiquement, le surréalisme est un échec. « Gagner à la révolution les forces de l’ivresse », Breton et ses amis, plus révoltés que révolutionnaires, n’en ont pas été capables. En trois textes écrits entre 1927 et 1934 – « Kitsch du rêve », « Le surréalisme » et « Sur la localisation sociale actuelle de l’écrivain français » –, Benjamin déploie sa pensée hybride, mobile, poétique pour éclairer le surréalisme, évoquant pour la première fois le concept d’illumination profane et montrant ce que peuvent les forces de la créativité contre le capitalisme.

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin