Giordano Bruno : Opere Complete / Oeuvres complètes III/2 De la causa, principio et uno / de la cause, du principe et de l’un

« De même que dans l’art, les formes varient à l’infini (si cela est possible), c’est toujours une même matière qui persiste sous elles — la forme de l’arbre, par exemple, étant suivie de celle du tronc, puis de celle de la troupe, de la planche, du siège, de l’escabeau, de la caisse, du peigne, et ainsi de suite, cependant que l’être du bois persiste toujours —, il n’en va pas autrement dans la nature, où, les formes changeant à l’infini et se succédant l’une l’autre, la matière reste toujours la même […] Ce qui était semence devient herbe, et que ce qui était herbe devient épi, ce qui était épi devient pain, ce qui était pain devient chyle, chyle sang, le sang semence, la semence embryon, l’embryon homme, l’homme cadavre, le cadavre terre, la terre pierre ou autre chose, et ainsi de suite, pour en arriver à revêtir toutes les choses naturelles. »
Giordano Bruno

Posted in Philosophie renaissante and tagged , .