Henri Maldiney : Ouvrir le rien, l’art nu

SE TENIR EN PRESENCE d’une œuvre d’art ce n’est pas se tenir à l’écoute de l’artiste pour en recueillir les confidences ou le message car ce qu’est l’œuvre, l’artiste n’en sait rien avant d’être surpris par elle. Maître d’ouvrage, il n’est pas le maître d’œuvre. Une œuvre, dit Malevitch, doit sortir de rien. Elle ne procède d’aucun étant, même d’un néant étant, mais du rien qu’elle ouvre. Sa manifestation a lieu dans l’ouvert pour autant qu’elle s’ouvre en elle sous la forme du rien. De quelques paysages chinois de l’époque Sung à un losange de Mondrian et à quelques peintures du XXe siècle – tous insoumis à la logique de l’intentionnalité ou de la mondéité du monde – apparaissent de cime en cime des œuvres dont l’existence, à chaque fois unique, est une entrée en présence dans l’ouvert.

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , , .