Jean-Philippe Domecq : Artistes sans art

« Il reste très difficile de parler librement d’art contemporain, c’est-à-dire sans a priori, sans souscrire aux croyances idéologiques d’une critique d’art toujours plus spéculative qui, à côté de chefs-d’œuvre, a promu d’étranges choses.

Il sera donc question ici d’inflation verbale et financière sur le marché d’art ; et surtout de la faveur intellectuelle dont ont bénéficié Warhol, Buren, entre autres cas.

Pour comprendre comment ces figures d’artistes ont pris place dans le musée du XXe siècle, il faut chercher les causes loin en amont. Ce livre s’arrêtera donc à quelques étapes de l’art moderne pour, en fonction de leurs résultats, apprécier la validité de certaines prescriptions idéologiques des avant-gardes.

Au bilan : l’art moderniste semble aujourd’hui connaître une crise. Le conflit n’est plus entre passé et avenir, et l’issue est par-delà les deux académismes du Retour et du Récent. »

Posted in La Philosophie dans tous ses états and tagged , .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *