ISSN 2269-5141 Qui sommes-nous ?  Mentions légales

Accueil > La Philosophie dans tous ses états > Tant les historiens que les philosophes ont...

Tant les historiens que les philosophes ont...

mercredi 7 mars 2018

Tant les historiens que les philosophes ont négligé dans leurs travaux la contribution de la franc-maçonnerie dans le développement de la modernité, en occultant le fait que parmi les acteurs illustres de l’histoire politique et culturelle, nombreux furent francs-maçons. Ce manque est dû aussi aux francs-maçons eux-mêmes qui interprétèrent la naissance de la franc-maçonnerie spéculative par la transformation de la maçonnerie opérative. Or, cette approche linéaire fut ébranlée dans les années 1960 notamment avec la prise en compte du contexte politico-religieux des conflits en Europe. L’auteur prolonge et approfondit cette perspective, en utilisant les critères et les thèmes de la théorie de la complexité qui fut l’objet de son dernier livre.
Il montre ainsi que la naissance de la franc-maçonnerie spéculative ne date pas de 1717, ni même de 1688 avec l’exil de Jacques II en France après la Glorieuse Révolution, mais a débuté dès 1603 lorsque Jacques I, initié maçon, est devenu roi d’Écosse et d’Angleterre dans un contexte de promotion de la littérature, des arts, de l’architecture et des sciences qui inaugurait les Lumières anglo-écossaises. Dans un esprit de pacification, le roi s’accorda à l’idée qu’il fallait dépasser les conflits en excédant les habitudes passées au profit de nouvelles attitudes morales, animées par le rapprochement de personnes ayant des opinions et des croyances différentes. L’amorce de la franc-maçonnerie spéculative s’exprima par une méthode de travail, accompagnée de rites et de divertissements, origine des rituels et des banquets maçonniques. Inspirée par la figure de Salomon, symbole de justice, et l’édification du Temple de l’humanité, symbolisé par des métiers de construction, cette méthode, fondée sur l’initiation et le secret, s’écartait de la pratique des sacrements et de la liturgie ecclésiastiques. Elle eut des destinées variées à cause de la réalité géo-politique et religieuse troublée en Europe et en Amérique qui ont certes favorisé son expansion par d’innombrables bifurcations en multipliant les légendes, les obédiences et les rituels, mais qui ont aussi alimenté un antimaçonnisme permanent à partir de 1738. C’est cette complexité contextuelle que ce livre s’efforce d’élucider au point de vue historique et philosophique, pour faire voir, en référence aux Constitutions d’Anderson (1723), que l’idéal maçonnique comme « Centre d’Union » pour dépasser les différends se heurta et se heurte encore à la perpétuation des anciennes habitudes conflictuelles, en dépit de la contribution des francs-maçons à la liberté, à l’égalité, à la tolérance, aux valeurs de progrès et de philanthropie.

L’auteur est professeur émérite à l’Université Libre de Bruxelles, membre de l’Académie royale de Belgique et docteur honoris causa de plusieurs universités (Oradea, Crète,Athènes, Liège, Lille 3 et Thessalonique)

Ousia - Ousia
580 pages - 16 × 24 cm
ISBN 978-2-87060-183-9 - février 2018

Voir en ligne :

SPIP | Espace privé | Plan du site | Suivre la vie du site RSS 2.0

Conception, réalisation et design : Jean-Baptiste Bourgoin